Quel modèle agricole pour demain ?

Quel modèle agricole pour demain ? Rapporteur : Marc Miglietti

Bien des questions sociales et bien des tensions de l’actualité rejaillissent au milieu du champ de l’agriculteur. Le rapport du global au local, les échelles de gouvernance politique, la généralisation de l’économie de marché, les progrès technologiques et industriels, les problèmes écologiques et les questions éthiques liées au respect de la vie ont des conséquences sur l’agriculture et la consommation des produits agricoles

La mondialisation implique la multiplication des échanges de produits agricoles à l’échelle internationale et la mise en concurrence des agricultures de tous pays. La nécessité de nourrir une population mondiale croissante, la Politique Agricole Commune européenne et l’économie de marché favorisent la généralisation d’un modèle industriel d’agriculture intensive, rendue possible par les progrès technologiques et scientifiques du 20e siècle.

A l’échelle locale, la marque de l’agriculture, constitutive de la ruralité, est visible, modelant les paysages, les territoires et les économies. Sa mécanisation et toutes les évolutions des dernières décennies se répercutent dans les espaces et les modes de vies ruraux : diminution de la population rurale, déracinement, perte de sens et fragilisation des liens sociaux, ou encore évolution des paysages. Ces changements sont à accompagner et des modes de fonctionnement alternatifs apparaissent ; de nouveaux circuits de distribution se développent, venant interroger le rapport entre la production agricole et la consommation.

L’exigence d’un développement durable de notre société peut se heurter à notre modèle d’agriculture, tendu vers l’efficacité mais parfois oublieux de sa responsabilité décisive : nourrir les hommes en quantité et qualité suffisante tout en préservant l’environnement et en respectant la vie, végétale et animale.

Ainsi, de nombreuses contraintes s’exercent à différentes échelles sur les activités agricoles. Il nous semble important de nous interroger sur ces échelles pour un modèle agricole français adaptées à sa vocation première : production et distribution de nourriture, préservation de l’environnement et structuration de la ruralité.

Afin de frayer notre chemin dans ces exigences souvent contradictoires, il sera constructif de les définir précisément et de les ordonner. Nous pourrons alors présenter une vision et des leviers d’action. Dans ce labeur, la notion de responsabilité nous sera un appui précieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s