La parution de L’Âme française est certainement une des plus belles surprises de ce printemps. Denis Tillinac y offre une méditation vive et vigoureuse sur ce qui constitue le panthéon de la droite française. De Chateaubriand à de Gaulle en passant par Cyrano, l’auteur dresse la liste des grandes figures que la culture politique de droite peut et doit, non pas opposer, mais offrir comme complément aux Louise Michel, Jaurès ou Blum du camp adverse. Il ne s’agit pas ici de cliver. L’âme « conservatrice » se veut généreuse et ouverte et accepte fort aisément de reconnaître la noblesse voire le bien-fondé de luttes et de causes qui n’ont pas historiquement été les siennes. Il s’agit en revanche de donner une forme littéraire, culturelle, historique et spirituelle à ceux qui tendent à croire que l’homme n’est pas appelé au progrès mais à la barbarie s’il refuse tout enracinement. Ce faisant, Tillinac rappelle avec force à la droite politique qu’elle a une civilisation à continuer et que sa finalité n’est de tomber ni dans la caricature nostalgique et identitaire, afin de glaner quelques voix, ni dans le primat absolu de l’économie – la plus libre possible – et de la technique qui, autant que le déracinement, rendent l’humanité barbare.

Un tout récent collectif, Horizon, entend se placer sous les auspices de Tillinac et de son regard profond pour influer sur la primaire de la droite et du centre. Fonder demain, dont la charte et les rapports entendent précisément offrir une réflexion politique riche d’un héritage culturel et anthropologique qui nous oblige, salue et soutient cette initiative !

Publicités